samedi 22 novembre 2008

Ségolène a réussi un véritable exploit politique

Alors que les notables du Parti socialiste avaient lancé contre elle la plus grande "Armada" jamais vue dans un congrès socialiste. Elle échoue à 42 voix dans un contexte de trouble et de manipulation des résultats.
Mais elle a établi au sein du PS un rapport de force que personne n’avait envisagé il y a encore quelques semaines...


Ce résultant est intéressant.... d’abord il démontre la capacité de résistance en interne du PS.

D’un côté Ségolène Royal qui partant de 29% de voix sur sa motion arrive à 49,98% au bout de cet incroyable marathon... c’est plus qu’inattendu, c’est la preuve qu’elle a su convaincre en interne bien au delà de son noyau dur.

Alors que Martine Aubry a obtenu 50, 02% an agglomérant successivement les voix de Delanoë et de Hamon, Ségolène est restée sur ce qu’elle défendait, elle a donc constitué un courant, en interne, dans un délai incroyable dans une procédure de congrès qui s’est révélée être un véritable marathon.

On remercie François Hollande pour sa recommandation de prèvoir quelque chose de plus court la prochaine fois..... en onze années passées à la direction du Parti socialiste, cela ne lui était jamais venu à l’esprit ! Nous sommes rassurés sur ses capacitès politique et sur son "incroyable talent".

Ce matin Mme Royal, elle, dispose de la moitié des militants du parti, qu’elle peut capitaliser, ce qui lui donne une légitimitè de poids pour parler aux militants, mais surtout au français.

Je ne sais pas comment les socialistes vont se sortir de ce mauvais pas dans les jours qui viennent, mais l’intérêt des partisans de Ségolène Royal n’est suremment pas de quitter le Parti socialiste. Les autres en face n’attendent que cela et ne se privent pas de le dire dans tous les couloirs et recoins d’un parti socialiste brisé en labyrinthes multiples où personne ne comprend plus garnd chose quand au fond.

Pour ce qui me concerne je n’ai pas d’états d’âmes, j’étais à Reims et plus que jamais j’ai été saisi par le clivage entre les "modernes " et "les anciens" .

Pourtant je ne suis plus tout jeune (57 ans) et j’ai derrière moi 35 ans de parti.

Personnellement j’adhère au style et aux propositions et quand je vois "la coalition" qui s’est dessiné de tous ces vieux crabes (ou éléphants) contre Ségolène et (je suis mort de rire...) qui se drapent dans des propos "plus à gauche que moi tu meures" .... J’ai travaillé avec eux au gouvernement et je les ai vu à la manœuvre....ces "fiers socialistes" quant il fallait discuter de la revalorisation du Smic au mois de juin de chaque année !!!

Ce sont les revenants et les fantômes de la vieille SFIO, on chante l’internationale à la tribune et on pactise avec la droite dans les communes.

Quant à Martine Aubry son explication du dimanche à Reims, c’était un vrai programme de "brocante du dimanche" !

Dire, nous dire que le clivage avec Ségolène c’était le problème des alliances et surtout avec le Modem et la conception de l’Europe... n’importe quel cerveaux avec seulement trois neurones pouvait voir la duplicité de tels propos, le mensonge, la duplicité et la mauvaise foi.

Alors quand je les vois "tous ces nourris du pouvoir" (les Lang, Fabius, Bartholone, Guigou et autres...) venir faire un petit tour pour expliquer qu’ils sont les seuls avec Martine Aubry à pouvoir défendre l’idéal socialiste visiblement menacé par l’extravagance de Ségolène... j’ai de plus en plus envie de me battre pour la défendre et l’équipe qui l’entoure, même si parfois le "style" ou la "culture" n’est pas la mienne.

En ce qui me concerne, je veux gagner contre la droite, pour ma belle sœur qui touche 600 euros de retraite après une dure vie de labeur, et ce ne sont pas les discussions byzantines et particulièrement celle d’un Bertrand Delanoë qui me feront changer d’avis.

Et moi je n’ai pas peur (N’en déplaise à M.L. Lebranchu !!!) d’un parti de masse ouvert sur la population, les associations et les syndicats..

DE l’AIR PAR PITIE DE L’AIR on n’arrive plus à respirer dans ce parti engoncé dans des procédures d’appareils, les AG de section sont depuis plusieurs mois de véritables horreurs où la parole ne circule plus et où on ne dialogue plus.

La parole est quantifiée au millimètre par les représentants de tous les courants, et ces paroles ne font que s’entasser dans un ennui mortifère.

Il faut réveiller le Parti de Jaurès et de Blum et que se lèvent par milliers les nouveaux adhérents qui briseront les arrangements de petites boutiques de ces vieux notables socialistes qui on, en fait, peur du monde nouveau qui se lève... et surtout de perdre le contrôle de leur "misérable" appareil.

logo MOT 307

2 commentaires:

Olivier a dit…

Excellent billet, à mon goût, bien que je ne sois pas un "encarté" du PS, ni même un fidèle "royaliste"... J'ai pris un vrai moment de plaisir en ce matin neigeux et froid... Donc Merci et bon dimanche...

les heures... les jours....les années a dit…

merci pour votre commentaire, je suis allé sur votre blog, moi aussi je m'intéresse à la cuisine et publie de temps en temps des recettes